Jean-Philippe Domecq

Sirènes, Sirènes

Sirènes, Sirènes

Apparemment, c'est un récit de sport, et de mort. On dit que c'est le sport cruel, la tauromachie automobile. Apparemment, ce sport consiste à tourner en rond, en circuit fermé. Absurde, et passionnant apparemment - ou passionnant parce qu'absurde. La vie même.

Apparemment, ce sport consiste à se doubler les uns les autres, quitte à s'éliminer - le jeu social même.

Apparemment, ces hommes savent que leurs prédécesseurs sont morts à proportion d'un sur trois, et ils entrent dans la course. Apparemment, la vitesse, comme un désir, les envoûte : c'est le chant des sirènes par quoi la mort les tente, autres sirènes. Et il y a l'ivresse du triomphe, de la volonté, aux abords du danger.

Apparemment, ils ne tiennent pas de discours sur cette expérience qui, le temps d'une course, condense une vie ; ils ont pourtant un langage à eux. Un roman à fleur de nerfs.

Apparemment, c'est un roman de corps tendus, casqués, couchés dans la machine, pris dans cette aventure du corps et de l'être qu'on appelle vaguement la concentration. Mais ce n'est pas le dernier thriller sportif, ni le premier roman zen. J.-P. D.

format

Papier

pagination

128 pages

date de parution

01/03/1985

isbn

9782020086783

prix

10.7 €

disponibilité

Numérique
Papier

du même auteur

La Passion du politique. Nous entrons dans l'âge de la liberté sans choix

La Passion du politique. Nous entrons dans l'âge de la liberté sans choix

Jean-Philippe Domecq

date de parution : 01/03/1989

La passion du politique. Le mot d'intellectuel a fait son temps, comme avant lui le Philosophe des Lumières. Un autre mot viendra, avec l'éthique de responsabilité et le supplément de lucidité qui,...